Comprendre le concept de SCPI

Comprendre le concept de SCPI

Lorsque vous débutez dans le monde de l’investissement, vous pensez pouvoir trouver un investissement qui peut faire croître votre capital sans risque. Ce qui n’est certainement pas possible. Cependant, vous pouvez confier votre argent à une Société Civile de Placement Immobilier qui se chargera de sa gestion.  Outre certains avantages fiscaux, le recours à une SCPI pour réaliser et gérer des investissements immobiliers peut réduire votre exposition personnelle au risque et à la responsabilité. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le fonctionnement des Sociétés Civiles de Placement Immobilier. 

Qu’est-ce qu’une SCPI ?

Une SCI ou Société Civile de placement Immobilière est un type particulier de société qui est principalement constituée pour la propriété et la gestion de biens immobiliers. Il s’agit d’une société non commerciale, c’est-à-dire que cette structure n’est pas mise en place pour poursuivre des objectifs commerciaux. La société aura une identité juridique distincte de celle de ses actionnaires, bien que, sauf circonstances très particulières, elle n’ait pas d’identité fiscale distincte. 

Une SCPI possède et gère tout investissement. Elle sépare les biens détenus par la société des biens personnels. Elle agit essentiellement comme un abri qui offre une protection contre la responsabilité personnelle. 

Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier sont classées dans la catégorie des organismes de placement collectif. Le capital social de ces sociétés est d’au moins 760 000 euros. Vous pouvez souscrire des actions Société Civile de Placement Immobilier sur internet quelle que soit votre localisation.

Comment fonctionne une SCPI ? 

La Société Civile de Placement Immobilier est un placement d’épargne sécurisé offrant de nombreux avantages. Elle a pour objet l’acquisition et la gestion d’actifs immobiliers. La Société Civile de Placement Immobilier s’occupe de collecter l’argent des particuliers, de trouver des biens dans lesquels investir, de gérer le parc immobilier et de redistribuer les revenus de loyers et d’avantages fiscaux à ses partenaires. 

Avant de créer une SCPI, il est conseillé de s’adresser à un professionnel expérimenté, tel qu’un comptable, qui connaît bien le droit fiscal immobilier. Un comptable compétent peut vous conseiller sur la structure qui vous convient le mieux en fonction du type d’investissements que vous envisagez.

Avantages d’une SCPI

  • Les SCPI sont un choix populaire pour les investisseurs en raison des nombreux avantages qu’elles offrent en termes de fiscalité et de protection des actifs. Ainsi, une SCPI :
  • Maintient les biens d’investissement séparés des avoirs personnels, ce qui limite la responsabilité et l’exposition personnelles.
  • Évite la double imposition des biens d’investissement.
  • Offre des avantages fiscaux spécifiques et des déductions telles que la déduction pour transmission.
  • Offre une certaine souplesse dans la distribution des bénéfices afin de bénéficier d’un maximum d’avantages fiscaux.

Investir dans l’immobilier ouvre la porte à la responsabilité et aux litiges potentiels associés à la possession d’un bien. Par exemple, un litige peut survenir si quelqu’un est blessé sur la propriété. Si le bien est détenu à votre nom et que vous êtes jugé responsable en tant que propriétaire, vous pourriez être personnellement responsable des coûts.

À l’inverse, si le bien est détenu par une SCPI et que la société est jugée responsable, c’est l’entité elle-même qui sera responsable, et non la personne qui gère la société. Il est important de noter que si une société possède plusieurs actifs, tous les actifs détenus au sein de cette société pourraient être exposés en cas de litige. C’est pourquoi de nombreux investisseurs immobiliers ont plusieurs sociétés afin de protéger correctement chaque actif individuel.

Conclusion

Une SCPI est une bonne option si vous envisagez de simplifier la transmission et de protéger le patrimoine immobilier. Elle permet d’être flexible dans le choix du régime fiscal et elle ajoute la possibilité de vendre des parts facilement avec l’accord des associés. Mais la procédure peut paraître complexe, il faut être rigoureux sur la loi concernant l’organisation de l’assemblée générale et la comptabilité.